Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Tu as envie d'écrire un livre ? Ecris-le !

 

just-do-it-1432951_1280.png

Selon les statistiques, un Français sur trois rêve d’écrire un livre.

 

Combien passeront à l’action ?

 

7 raisons pour lesquelles vous allez passer à l’action.

 

  1. DÉSACRALISER. Vous devez désacraliser l’acte d’écriture. Oui, pour certaines personnes écrire est un acte sacré, réservé à une élite et s’autoriser à passer à l’action est extrêmement difficile car la barre est placée bien trop haut.
  2. OSER. Oui, oser écrire, se confronter à la page blanche. Laisser tomber les censures. Laisser tomber le masque. Oser jeter sur le papier ce qui tourbillonne en nous depuis tant d’années. Cela peut être léger, cela peut être lourd et encombrant. L’écriture a une dimension thérapeutique qu’il ne faut pas négliger. Je vous renvoie à cette vidéo que j’ai tournée sur l’intérêt de tenir un journal intime. https://youtu.be/yfB_CVSoMGE
  3. FAIRE PREUVE DE COURAGE. En quoi se mettre devant une feuille de papier avec un stylo ou devant son écran d’ordinateur est un acte courageux ? Vous n’êtes pas journaliste, vous ne dénoncez rien de particulier, vous avez juste envie d’écrire un livre, raconter une histoire vraie ou imaginée de toutes pièces. Eh bien, c’est courageux parce qu’en faisant cela vous allez vous confrontez à vous-même. Écrire un roman, une nouvelle, un essai, se lancer dans ce projet pour la première fois est une véritable sortie de sa zone de confort. On est confronté.e à la solitude. Oui, durant la partie purement créative, on est, en général, seul devant sa feuille, seul devant son clavier, seul face à ses doutes, à ses hésitations. Et là, il faudra faire preuve de courage, de persévérance, parce qu’écrire est laborieux, ennuyeux, parfois, ce n’est pas fun comme on pourrait l’imaginer en voyant certains écrivains à la télé, non, c’est un job qui demande du temps et de la persévérance.
  4. S’AUTODISCIPLINER. Quand tu écris un livre, la plupart du temps, personne n’attend ton œuvre. Personne ne t’attend. Personne n’en a besoin. Ce n’est vital pour personne. Alors, il n’y a que toi qui peux t’imposer la discipline d’écrire ton livre. Tu devras définir la fréquence à laquelle tu écriras si tu veux arriver un jour au bout de ton projet. Quelques minutes par jour (j’ai écrit mon premier roman en y travaillant 15 minutes par jour pendant 3 ans), quelques heures par jour, par semaine ? Quand ? Où ? Comment vas-tu faire respecter ce temps d’écriture par tes proches ? Quelles mesures vas-tu prendre ?
  5. CROIRE suffisamment EN SOI. Il faut une énorme dose de confiance en soi pour écrire un livre. Enfin, peut-être que ce n’est pas le mot exact. En tout cas, on puise dans des réserves, pas de doute.
  6. PERSÉVERER jusqu’au dernier mot du premier jet. Et ensuite, persévérer et retravailler ce premier jet. Et puis corriger et corriger encore. Et puis faire lire et encaisser les retours bons ou mauvais. Et recommencer, livre après livre en espérant trouver chaque fois plus de lecteurs.
  7. NÉCESSITÉ. Je pense que les gens qui se lancent dans l’écriture ressentent ce besoin au plus profond d’eux. Nous vivons dans un monde où la créativité n’est pas un valeur encensée officiellement alors qu’officieusement nous nous en gavons à longueur de journée, sans créativité, pas de livres qui sont, tout de même, la source de bien des séries et films devant lesquels nous passons tant de temps ; sans créativité, pas de scénarios géniaux ou médiocres, pas de jeux vidéo, pas de meubles design, pas de téléphones, pas d’ordinateur, pas de voitures, pas de peintures, pas de dessin… (je vous laisse compléter la liste). À l’école, passée la maternelle, la créativité devient un parent pauvre. Les savoirs de base sont privilégiés, importants, certes, mais dessiner, peindre, faire de la musique, raconter des histoires, faire du théâtre, du sport, de la danse devraient être durant toute la scolarité de vraies matières. Ces activités nous permettent d’exprimer notre imaginaire, d’être plus en harmonie avec nous-mêmes, elles constituent un exutoire, une soupape de sécurité trop négligée, elles peuvent nous permettre de communiquer, de développer des compétences que les matières générales ne permettent pas de mettre en valeur, pénalisant de nombreux enfants dont l’intelligence s’exprime plus facilement avec des médiums artistiques.

 

 

7 raisons pour lesquelles vous ne passerez pas à l’action.

 

 

  1. C’EST TROP DIFFICILE. Oui, écrire, c’est difficile. Je le fais au quotidien et je peux vous dire que, parfois, c’est tout, sauf enthousiasmant, j’ai parfois l’impression de me battre contre des moulins à vent, des moulins à vent que j’ai inventés. C’est long, laborieux, pas immédiatement gratifiant et sans certitude de voir sa peine récompensée, que ce soit par l’appréciation, que ce soit sur un plan financier.
  2. PEUR DE L’ÉCHEC. La meilleure façon de ne pas échouer, c’est de ne pas essayer. Si on a envie de faire quelque chose et qu’on laisse ce quelque chose demeurer au stade du rêve, eh bien, cela évite de se confronter à l’échec.
  3. PEUR DE LA RÉUSSITE. Et si j’y arrivais, et si je réussissais à l’écrire ce livre ? Comment les autres me verraient-ils après ça ? Que penseraient-ils de moi ? Qu’est-ce qu’ils diraient ? Ne penseraient-ils pas que je « me la pète » ? Est-ce que je ne me serais pas trop dévoilé.e à travers mes écrits ?
  4. INCAPACITÉ À S’AUTODISCIPLINER. Mener à bien un projet de la sorte implique de renoncer à certaines activités et à les remplacer par l’écriture. Pas simple pour beaucoup, cela signifiera moins regarder la télé, passer moins de temps avec sa famille, avec ses amis, moins de temps à se distraire, trop difficile à faire pour bien des gens.
  5. ÉCRIRE, C’EST RÉSERVÉ À UNE ÉLITE. C’est vrai que lorsque l’on regarde les émissions littéraires, on a l’impression qu’il faut faire partie d’un cercle très privé pour écrire, qu’il vaut mieux venir d’une famille d’intellectuels, de gens des médias, d’artistes connus pour réussir dans ce domaine. Mais, lisez les biographies des auteurs que vous aimez, vous verrez que tout mène à l’écriture, il n’y a pas de chemin tracé.
  6. PARTIR PERDANT. À quoi bon ? Je ne serai jamais édité. Si je m’autoédite, personne ne me lira à part mes proches. Effectivement, si l’on est dans cet état d’esprit, autant ne pas se lancer.
  7. NE PAS SUPPORTER L’IMPERFECTION. Quand on commence à écrire, ce qui peut nous freiner, c’est de se rendre compte à quel point obtenir un résultat satisfaisant prend du temps. Si comme moi, vous avez longtemps caressé l’idée que l’acte d’écrire avait quelque chose de spontané, que l’on arrivait rapidement, voire tout de suite, à la version définitive, vous pouvez facilement vous laisser décourager. Écrire peut prendre du temps. La première étape est de se donner l’autorisation de mal faire. Un premier jet est fait pour être nul, il est fait pour être retravaillé, dépouillé ou regonflé, en tout cas, entre la première mouture et la dernière, il y a un pont qui fera peut-être des dizaines de kilomètres, si ce n’est des centaines. Et c’est normal. L’essentiel, c’est de se fixer une limite afin de ne pas travailler indéfiniment sur un texte et d’éviter de le montrer. Se dire qu’au bout de tant de relectures, par exemple, on le fait lire à une personne de confiance pour avoir un premier feedback et qu’ainsi on arrête de se noyer dans un verre d’eau est une bonne façon d’avancer.

 

Alors, dans quelle catégorie vous situez-vous ?

 

Oserez-vous vous lancer ? Vous êtes-vous déjà lancé.e ? Au plaisir de vous lire !

 

 

Sandra Ganneval, écrivain indépendant

Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité et recevez la version PDF de mon recueil de nouvelles « De l’autre côté de l’écran »

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube

https://www.youtube.com/channel/UCED_Rvr-OGwG2GPkW_dHPRQ?view_as=subscriber

Abonnez-vous à ma page Facebook

https://www.facebook.com/SG1000000/

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/SandraGanneval?lang=fr



03/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres