Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Star Trek, Démons, J.M. Dillard, 1986, Paramount Editions, 1993 aux Éditions Fleuve Noir


 

Le premier « Star Trek » que je lis de ma vie.

 

J’y ai vraiment retrouvé l’atmosphère de la série, 1ère génération.

 

Je revoyais les personnages en situation, j’entendais leur voix, je visualisais leurs expressions.

 

L’écriture est assez simple, finalement, le langage est quelquefois un peu technique mais on sent bien qu’il y a un univers derrière, avec des codes, par exemple, la planète Vulcain est un monde à part entière, chaque objet porte un nom propre, chaque animal.

 

Il y avait de l’action mais je ne sais pas pourquoi j’ai trouvé que le déroulement de l’histoire conservait quelque chose de statique. Bizarre, comme sensation.

 

Certains éléments m’ont paru un peu obscurs. Par exemple on ne sait pas à la fin où sont allées ces entités qui ont quitté le corps de leurs victimes, sont-elles retournées dans la fameuse boîte de Pandore, si c’est le cas, pourquoi y sont-elles retournées ? Des aspects de l’intrigue restent assez flous et la rendent peu convaincante.

 

Mais, j’ai lu ce livre rapidement et avec plaisir. Si l’univers de cette série vous interpelle, je vous renvoie à mon article : Pourquoi "Star Trek" est un éloge de la diversité

 


 

Sandra Ganneval, écrivain indépendant

Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité et recevez la version PDF de mon recueil de nouvelles « De l’autre côté de l’écran »

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube

https://www.youtube.com/channel/UCED_Rvr-OGwG2GPkW_dHPRQ?view_as=subscriber

Abonnez-vous à ma page Facebook

https://www.facebook.com/SG1000000/

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/SandraGanneval?lang=fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



07/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres