Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Pourquoi "Star Trek" est un éloge de la diversité



Hello, tous ! J’espère que vous allez bien, que vous avez passé un super weekend ensoleillé.
 
Je me suis souvent demandé pourquoi j’avais, dès le départ, mystérieusement, tant accroché à la série Star Trek.
 
Avec le recul, je pense que la raison en est simple. Ce n’est pas tellement parce que c’est une série de science-fiction, c’est sans doute plutôt parce que Star Trek a fait, dès le départ, des paris risqués.
 

 
« Dans sa vision originale de Star Trek, Gene Rodenberry (le créateur de la série) considérait l’Enterprise comme une sorte de Vaisseau-Terre. Il voulait une représentation de toutes les races, tous les sexes et toutes les nationalités travaillant ensemble pour résoudre leurs problèmes. »
 
Et c’est certainement ce que j’ai apprécié dès le début dans cette série, le fait que des personnes de couleurs différentes y soient représentées dans des rôles non stéréotypés à une époque où cela représentait un défi.
 
En pleine guerre froide, les créateurs de cette série ont osé placer un Russe à un poste de commandement. « Voir Pavel Chekov, le génie russe, travailler au côté d’Américains en tant que membre du poste de commandement de l’Enterprise était un grand pas en avant. Avec sa coupe de cheveux typique, l’acteur Walter Koenig était une idole pour beaucoup de jeunes de l’époque et son accent, inspiré de son père, ajoutait une touche de comique au show. »
 
Et puis bien sûr, il y avait le lieutenant Uhura, Nichelle Nichols, « Nichelle Nichols jouait le rôle de Nyota Uhura, une femme d’origine africaine occupant le poste d’officier en chef des communications. » en pleine période de ségrégation raciale.
 
 
 
« Après la première saison (diffusée en 1966 aux Etats-Unis et dans les années 80 en France), Nichelle voulait quitter la série pour revenir à sa carrière de music-hall ; cependant, une rencontre inattendue avec Dr. Martin Luther King Jr. lui fit changer d’avis. C’est avec beaucoup d’excitation qu’il confessa que Star Trek était le seul show télévisé qu’il autorisait ses enfants à regarder. Quand Nichols révéla qu’elle envisageait de quitter la série, King répondit : « Tu te rends compte ? C’est la première fois que nous sommes représentés tels que nous devrions l’être, c’est-à-dire pas en tant que noir mais en tant que personne ». »
 
On voit dans cette série, le premier baiser interracial de la télévision entre le lieutenant Uhura et le capitaine Kirk.
 
« George Takei dans le rôle de Hikaru Sulu a contribué à faire voler en éclat nombre de stéréotypes. À cette époque, les rôles d’Asiatiques à la télévision et dans les films américains étaient rares. La plupart se cantonnaient à des rôles de « soldat japonais cruel » ou de « serveur chinois maladroit ». Star Trek a littéralement changé cette vision. Sulu faisait partie du poste de commandement de l’Enterprise, parlait sans accent et pour couronner le tout, il était le meilleur pilote de Starfleet. »
 
Les extra-terrestres, au départ, principalement en la personne de Spock, sont également le symbole de cette diversité et de son acceptation.
 
Le but de la Fédération est de faire régner la paix sur l’Univers et d’éviter les guerres à tout prix. Le vaisseau Enterprise a pour but de découvrir de nouveaux mondes et non pas de les asservir.
 
Les saisons se sont succédé et l’esprit de la série est demeuré.
 
J’ai regardé, récemment, « Star Trek Discovery » sur Netflix, et effectivement, l’esprit du départ est toujours là avec cette volonté de jouer la carte de la diversité dans le meilleur sens du terme. L’héroïne principale est noire, son capitaine est asiatique, son petit ami a des origines pakistanaise, anglaises et écossaises, son père adoptif est vulcain… bref, l’éloge de la diversité continue et nous rappelle que nous sommes tous des êtres issus de la diversité. Il suffit de fouiller un peu dans nos arbres généalogiques.
 
Star Trek, c’est aussi la téléportation, mais ça, je vous en parlerai une autre fois. En tout cas, si je n’avais pas tant regardé cette série, jamais je n’aurais eu l’idée d’écrire ma propre série sur la téléportation.
 
Merci à ceux qui m’ont lue jusqu’au bout.
 
Je vous souhaite une excellente journée.
 
Longue vie et prospérité, les amis !
 
 
 
 
Si vous voulez découvrir le second tome en version audio, lu par l’auteur, c’est par ici :
 

 
Les passages entre guillemets sont extraits de ce texte :
 


21/05/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres