Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

"Pourquoi nous détestent-ils ?"documentaire de Amel Chahbi, Alexandre Amiel et Lucien Jean-Baptiste, 2016

424098.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

« Pourquoi nous détestent-ils ? »




« Pourquoi nous détestent-ils ? est un documentaire réalisé et incarné par Alexandre Amiel, Amelle Chahbi, et Lucien Jean-Baptiste. Chacun d’eux se concentre sur les relations qu’entretient la France avec trois tranches de sa population : les Musulmans, les Juifs et les Noirs. »

Amel Chahbi, actrice, humoriste et réalisatrice, Alexandre Amiel, journaliste-reporter, Lucien Jean-Baptiste, acteur et réalisateur sont trois personnages publics issus de la diversité française.

Diversité, ce n’est pas le mot le plus adapté, mais je n’en ai pas encore trouvé d’autre pour exprimer que la France est faite de différentes couleurs de peau, de différentes religions, de différentes cultures ; qu’elle est une sorte de melting-pot, fruit de son passé esclavagiste, colonialiste et d’une immigration contemporaine.

Ceci en dépit d’une idéologie de pureté liée au terme de Français de souche qui est assez paradoxale quand on y pense puisque les anciennes colonies comme la Martinique et la Guadeloupe sont devenues françaises bien avant certains territoires de la métropole.

Par exemple, la Martinique est devenue française en 1635 avant l’Alsace, qui le deviendra en 1648.

Mais bon, vu que nous sommes tous censés être issus de l’Afrique, être de souche ne veut pas dire grand-chose pour moi. Nous appartenons tous à la même race, la race humaine. Nananère, oui, je sais qu’il y a plein de gens qui détestent qu’on le leur rappelle.

D’ailleurs, je ne résiste pas à l’envie de vous renvoyer à cette vidéo : « Aux sources du racisme ».





L’être humain a parfois besoin de diviser et de se trouver des appartenances pour exister, certains ont besoin de rabaisser les autres, de se prouver qu’ils sont supérieurs d’une façon ou d’une autre, et ont besoin de trouver des boucs émissaires au chômage, à la pauvreté, à la misère, c’est la faute des immigrés, c’est la faute des Musulmans, des Juifs et des Noirs entre autres.

Le film est divisé en trois parties.

Dans la première, Lucien Jean-Baptiste s’empare du sujet, puis c’est au tour d’Amel Chahbi et enfin à celui d’Alexandre Amiel.

Chaque partie commence par l’évocation de tous les clichés liés à la couleur de peau ou à la religion.

Pour le Noir, ce sera, entre autres, la sauvagerie, la fainéantise, l’assistanat, la saleté.

Pour le Juif, ce sera, entre autres, la richesse, diriger le monde, tenir les médias.

Pour l’Arabe, ce sera, entre autres, le fait d’être voleuse, dealeuse et terroriste.

Ce qui m’a le plus interpellée dans ce film, ce sont deux passages.

Celui dans lequel Lucien Jean-Baptiste se trouve confronté à un homme ouvertement raciste :




Et celui où Amel Chahbi se retrouve au cœur de l’une des manifestations du 1er mai organisée par le FN, grand moment de solitude durant lequel elle fait preuve d’une douceur, d’une patience presque terrifiante face à la xénophobie de l’interlocuteur avec lequel elle s’est engagée dans une conversation qui a quelque chose de surréaliste :



Les deux acteur.trice se retrouvent dans des postures particulièrement inconfortables qu’ils se sont, on le sent, engagé.e.s à gérer de la manière la plus calme possible.
 
Et du coup, le discours de leurs interlocuteurs, face à une personne qui est censée représenter tout ce qu’il rejette, déteste, s’écroule peu à peu.

En face, ils ont un véritable être humain et pas un ensemble de clichés, leurs revendications perdent peu à peu leur essence, ils ne parviennent pas à tenir leur argumentation raciste et ségrégationniste de façon ferme.
 
Henri de Lesquen en arrive à dire à Lucien Jean-Baptiste qu’il n’est pas vraiment noir puisqu’ils parviennent à communiquer et qu’il le trouve sympathique.

Et le manifestant avec lequel discute Amel Chahbi, laisse transparaître toute sa fragilité au fil de la discussion et en devient presque aimable.

L’idée du documentaire est intéressante : donner la parole à ces trois personnages publics et les inviter à parler du racisme auquel ils sont confrontés tous les jours dans le but de le déconstruire.

Je crois que la meilleure façon de lutter contre le racisme, c’est de personnifier les individus, en général, quand les gens sont racistes, ils assimilent les personnes qu’ils détestent à une sorte de masse compacte, déshumanisée.

Cela me fait pense au film « La crise » de Coline Serrault, dans lequel l’humoriste Patrick Timsit joue le rôle d’un personnage qui dit, à un moment, qu’il n’aime pas les Arabes, et puis, il s’avère que tous ses amis sont des maghrébins, sous le terme Arabe, il plaçait une certaine catégorie de gens, un stéréotype.




Pour détester le gens, il faut les déshumaniser, ne pas les laisser se définir eux-mêmes, penser pour eux, généralement de façon binaire : les jeunes Noirs sont, par définition, violents, par exemple et cela justifie qu’ont les arrête en priorité pour les contrôler dans le métro. On ne va pas s’interroger sur l’origine de ce cliché construit de toute pièce par une idéologie raciste, il fallait bien justifier la violence et la cruauté exercées envers les Noirs durant les périodes esclavagiste et coloniale, elles venaient forcément en réponse à la violence intrinsèque de ces sauvages.

De même que l’on attribue certains traits de caractères à une personne sans la connaître, on attribue un certain type de comportement à une personne en fonction de ses origines sans se poser des questions.

C’est ce mode de pensée arbitraire qui est dénoncé dans ce film.

 

 

 

 

 

 

Sandra Ganneval, écrivain indépendant

Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube

https://www.youtube.com/channel/UCED_Rvr-OGwG2GPkW_dHPRQ?view_as=subscriber

Abonnez-vous à ma page Facebook

https://www.facebook.com/SG1000000/

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/SandraGanneval?lang=fr

 

 

 

 

 

 

 



04/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres