Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Peut-on réussir dans le cinéma français quand on est noir ?

Will-Smith-recoit-un-cesar-d-honneur-en-2005_exact1024x768_p.jpg

 

En 2005, Will Smith a reçu un César d’honneur, je me souviens m’être demandé en assistant à cette scène qui avait quelque chose de surréaliste pour moi, où étaient les Noirs dans le public (il y en a une qui est longuement filmée, peut-être a-t-elle un lien avec l’acteur) et quelle était la possibilité qu’un jeune homme français de couleur fasse un parcours identique à celui de Will Smith devant les caméras de réalisateurs français.

 

 

 

Le manque de diversité dans le cinéma français, même si on a fait quelques progrès, reste problématique. Des témoignages récents de jeunes femmes de couleur se présentant à des castings sont déprimants. Les rôles proposés sont stéréotypés et peu valorisants. On leur demande de faire l’accent antillais ou l’accent africain… (sic), comme s’il y avait un accent européen ou un accent asiatique...

 

 

 

Les séries font peut-être avancer les choses. Doucement.

 

Parfois, entre mon adolescence et aujourd’hui, quand je regarde ce qui se fait, la première pensée qui me vient, c’est, mais on en est toujours là !

 

Et puis je relativise et j’observe qu’il y a eu des avancées même si la vision reste très centrée sur un type de personne, que ce soit sur le plan physique ou sur le plan intellectuel, plein de stéréotypes, d’a priori demeurent.

 

C’est flippant parce que ça enferme.

 

La série « 10 % » que je regarde sur Netflix est encore un témoignage de cela. La diversité y est finalement très peu représentée. L’actrice Stéfi Celma, née en France Métropolitaine, dont les parents sont originaires de la Martinique, y campe le rôle d’une standardiste qui deviendra la petite amie de l’un des agents. J’ai repéré dans un épisode une productrice au teint foncée. Joey Starr fait une apparition dans l’un des épisodes. Mais, globalement, il y a peu de rôles pour d’autres non blancs de la société française.

 

Avoir pour projet d’être acteur quand on est issu de la diversité en France, c’est vraiment un sacerdoce, j’aurais tendance à dire à ceux qui visent cette profession d’apprendre l’anglais et de partir tenter leur chance aux Etats-Unis. Même s’il reste du travail aussi à faire là-bas, on a l’impression que les portes pourraient s’ouvrir en grand à un moment ou un autre alors qu’ici, ça semble vraiment très compliqué même si certains sont parvenus à tirer leur épingle du jeu, comme Omar Sy.

 

En France, on ne fait pas de statistiques ethniques, c’est dommage, je trouve, cela permettrait d’évaluer l’ampleur des discriminations, de mettre mieux à jour le racisme qui fonctionne dans notre société d’une façon parfois subtile, en sous-marin, on a du mal à le dénoncer tant on y est, malheureusement, habitué, il est banalisé par ceux qui le pratiquent et ceux qui le subissent. Je prendrai pour exemple l’interview de Stefi Celma par Thierry Ardisson, je me suis demandé comment une actrice noire américaine aurait réagi face à certaines questions. Stéfi, quant à elle, conserve son sourire qui paraît parfois quelque peu crispé mais ce genre de remarques stéréotypées est encore le prix à payer.

 

 

 

Petit exercice : vous avez cinq minutes pour me citer 10 actrices françaises non blanches issues de la diversité… Je vous aide : Stéfi Selma, Aïssa Maïga…

 

Pas si simple…

 

 

 

 

 

 



22/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres