Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Nos enfants ne nous doivent rien

 

kids-1894804_1280.jpg

 https://pixabay.com/fr/photos/enfants-tha%C3%AFlande-expression-enfant-1894804/

 

Nos enfants ne nous doivent rien.

 

Oui, bien sûr, nous les avons fabriqués de toute pièce. Sans nous, ils n’existeraient pas. Et pourtant, est-ce parce qu’ils nous doivent la vie qu’ils nous doivent quelque chose ?

 

Nos enfants ne nous doivent rien.

 

C’est ce que je me disais récemment en pensant à ma propre filiation.

 

Nos enfants ne nous doivent rien.

 

Nous n’avons pas à leur tenir rigueur de leur ingratitude. Être enfant, c’est être ingrat, par définition, non ? Quel parent n’a pas eu droit à un coup de boule de la part de son bébé, une griffure, une taloche inattendue et pas du tout intentionnelle ? Il hurlait parce qu’il avait besoin d’être satisfait sans égard pour notre fatigue, notre épuisement. Dans le carnet de santé, vous avez remarqué ? Il y a une page sur laquelle il est conseillé de quitter la pièce quand on n’arrive plus à gérer les pleurs d’un bébé, de faire une pause, de demander à quelqu’un d’autre de prendre le relais avant de craquer.

 

Nos enfants ne nous doivent rien.

 

Ils n’ont pas demandé à être là, que nous les ayons ou non désirés, qu’ils aient été prévus ou non. Ils n’ont rien demandé. Même si des textes religieux leur enjoignent de nous honorer, de nous aimer, de nous chérir, de nous respecter. Ils doivent se séparer de nous et quand on se sépare, on heurte, on fait mal, on brûle parfois ce que l’on aime.

 

La séparation est souvent un processus douloureux. On doit se détacher pour vivre, pour survivre même parfois puisque, être parent ne veut pas systématiquement dire être bienveillant, un parent peut être toxique, destructeur.

 

Nos enfants ne nous doivent rien même si cette idée est pour beaucoup insupportable.

 

Y a-t-il quelque chose de plus compliqué qu’être parent ? Parfois, je me dis qu’il faut être un peu cinglé.e pour se lancer dans cette aventure : pas de mode d’emploi, des tonnes de conseils, des valises de critiques mais aucune formule magique. On fait de son mieux avec ce que l’on a reçu de nos propres parents, on essaie de s’en détacher quand on estime que ce que l’on nous a transmis n’était pas si bon que cela. Mais, il n’y a aucune garantie de rien, seul le temps nous le dira.

 

Et être enfant n’est pas plus simple.

 

Nos enfants ne nous doivent rien.

 

 

Si vous pensez que cet article peut intéresser une personne de votre connaissance, vous êtes libre de le partager. Merci de votre visite.

 

 

 

 



16/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres