Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Les saisons 1 et 2 chroniquées sur le blog "Saisons d'écriture"

51noMm6LlLL_002.jpg912sxbBhAyL.png

Publier ses écrits implique d'accepter qu'ils soient critiqués, qu'on en dise du bien, du mal, que le lecteur les aime un peu, beaucoup, à la folie ou pas du tout.

 

Le hic dans cette critique, ce sont les premières lignes. L'accusation de mercantilisme m'a dérangée. L'autoédition est un choix qui implique un investissement financier important (avec un retour sur investissement des plus incertains) et il est dommage, je trouve, de tirer des conclusions hâtives à partir d'un choix éditorial.

 

Le début de la critique :

 

"Ce livre comporte trois tomes qui se lisent comme un feuilleton. Ce fait marque une première erreur ; car il comporte un côté mercantile à peine déguisé. Lorsque vous achetez le tome 1, vous ne savez pas que vous devrez acheter les deux autres tomes pour finir l'histoire totalement. Pour rester dans les regrets, les grossieretés qui ponctuent les tomes 1 et 2  sont trop nombreuses et parfois vulgaires. Les personnages ne sont pas suffisamment marqués, mais ils sont intéressants tout de même."
 
La suite est à retrouver sur le blog Saisons d'écriture
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



07/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres