Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Je m'aime ;-)

Cinglée et fière de l’être ;)
 
Ça fait quelques jours que j’expérimente un truc un peu bizarre qui consiste à, lorsque je me retrouve devant un miroir, me dire tout simplement : « Je t’aime » au lieu de me balancer le « Oh la tête ! ». Oui, vous savez, la petite phrase sympa du matin parce que, oui, vraiment, oh, la tête ! Mes cheveux sont en pétard, je note tous les défauts supposés ou réels que je peux me trouver.
 
Au lieu de ça, je me dis : « Je t’aime » et c’est très con mais ça fait taire tout le reste. On ne peut pas se rabaisser et se dire « Je t’aime » en même temps. Se dire « Je t’aime », c’est l’acceptation de maintenant, d’avant et du futur.
 
Ça a quelque chose d’assez jouissif et je ne le vois pas du tout comme du narcissisme, ça fait juste du bien parce que ça me fait rire.
 
Notre tendance naturelle, c’est de nous dévaloriser, de nous casser.
 
Et quand on est femme, la tendance naturelle est renforcée. On n’est jamais assez.
 
Le regard de mes vingt ans était aussi critique et même peut-être plus que celui d’aujourd’hui.
 
L’habitude de ne pas se trouver à la hauteur, l’habitude de se définir en pas assez. Pas assez belle, pas assez grande, pas assez sûre de moi, pas assez intelligente, pas assez… ou trop…
 
On regarde dans le miroir et l’on cherche ce que l’on va bien pouvoir se reprocher de pas assez.
 
Et puis, il y a les déjà. Tu n’étais pas assez…, tu étais trop… et maintenant, tu es déjà.
 
Les idéaux que nous renvoient les médias demeurent des idéaux malgré les promesses d’arrêter de photoshoper les mannequins.
 
Botox, acide hyaluronique et retouches numériques sont passés par là.
 
Une grande partie du marketing consiste à nous convaincre que nous ne devrions pas nous accepter tel.le.s que nous sommes quel que soit notre âge, que nous devrions considérer que nous ne sommes jamais assez bien, trop je ne sais quoi et déjà quelque chose d’inacceptable.
 
Et on doute, on s’interroge, on a peur du temps qui passe au lieu d’apprendre à l’apprivoiser.
 
Essayez de vous regarder dans le miroir et de vous dire juste « Je t’aime » en coupant court à toutes les pensées négatives qui montent à votre cerveau.
 
Essayez et dites-moi ce que ça vous fait.
 
Ça remue quelque chose, n’est-ce pas, là dans le creux du cœur ?
 
 
 
 
 
 
 
 

Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité

https://sandra-ganneval.blog4ever.com/

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube

https://www.youtube.com/channel/UCED_Rvr-OGwG2GPkW_dHPRQ?view_as=subscriber

Abonnez-vous à ma page Facebook

https://www.facebook.com/SGTELEPODE/

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/SandraGanneval

 
 
 
 
 

 
 


12/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres