Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

24 heures de jeûne et 2 jours de warrior diet


 

 

24 heures de jeûne et deux jours de warrior diet

 

Mon projet initial était de faire 3 jours de jeûne. Vu la chaleur, j’envisageais difficilement un jeûne sec et je m’étais dit que je boirai si j’avais soif, mais de petites gorgées d’eau.

 

La première journée s’est très bien passée, j’ai peu bu, je me sentais fatiguée mais alerte, cette sensation particulière que j’ai déjà éprouvée en jeûnant 24 heures. Je suis allée marcher 1 heure, j’ai fait le ménage, ai cuisiné, bizarrement, j’aime bien cuisiner quand je jeûne, l’odeur des aliments ne me donne pas faim. J’ai lu, écrit, me suis livrée à mon petit train-train habituel sans souci. D’ailleurs, je n’ai pas ressenti de faim. Mon estomac et mes intestins ont un peu gargouillé mais rien de notable.

 

Je n’ai pas fait de sieste, je me suis posée sur le canapé à un moment mais je ne me suis pas endormie et l’après-midi, j’ai trouvé suffisamment d’énergie pour aller faire des courses.

 

C’est le lendemain que les choses se sont compliquées.

 

Je me suis réveillée tôt, vers 5h30. J’ai médité 20 minutes. Ensuite, je suis allée marcher. J’hésitais un peu. Mais je me suis dit que la veille, je n’avais pas eu de vertiges, que ça s’était bien passé et que comme je me sentais vraiment fatiguée en ce deuxième jour, je marcherai au rythme que je pourrai tenir, l’essentiel étant pour moi de me bouger un peu. Je suis donc allée marcher, j’étais au ralenti, fa-ti-guée.

 

Dans la matinée, je me suis sentie épuisée. La fatigue s’est accentuée au cours de la journée.

 

J’avais prévu de cuisiner, je l’ai fait mais c’était difficile, une chose à la fois, pas question d’être multitâches ce dimanche-là. Une fois mes préparations terminées, j’ai squatté le canapé en mode larvaire et ça, je ne l’ai pas supporté.

 

J’avais froid puis j’avais chaud. J’avais un peu mal à la tête, j’ai eu mal au ventre aussi à un moment mais surtout, j’étais épuisée, mon cœur battait vite, toujours pas de vertiges, de toute façon, je bougeais lentement genre tortue pour éviter d’en avoir. Le plus embêtant pour moi, c’était de ne pouvoir rien faire, je ne pouvais pas lire, je ne pouvais pas écrire, je ne pouvais pas regarder la télé, je ne pouvais pas tenir une conversation, impossible de faire autre chose que de dormir ou d’être dans un état de somnolence plutôt désagréable, avec la sensation d’avoir la tête dans une espèce de brouillard.

 

A priori, ce que j’ai ressenti était normal pour un deuxième jour de jeûne, mon organisme était en pleine adaptation mais je n’ai pas supporté cet état, je ne m’attendais pas à ça, du coup, j’ai rompu le jeûne à 18 heures plus par agacement que parce que je ne pouvais pas tenir.

 

Le 3ème jour, j’ai décidé de jeûner de nouveau jusqu’à 18 heures, choisissant le confort et la facilité (j’ai bu deux infusions de cannelle, badiane et gingembre sucrées, 3 plantes utiles dans le cas de troubles digestifs, et j’en apprécie les goûts mêlés, tout simplement). Beaucoup moins de fatigue, bien sûr et rupture du jeûne à 18 heures.

 

Je retenterai le jeûne de 3 jours, je suis préparée aux réactions de mon corps. Peut-être que j’opterai cette fois pour le jeûne sec, j’avais remarqué lors de mon second jeûne de 24 heures que jeûner à sec était plus facile que jeûner en s’hydratant. En attendant, le jeûne intermittent ou la warrior diet (on peut boire, manger quelques fruits et on fait un seul gros repas dans la journée) sont des options intéressantes pour moi.

 

Et vous, avez-vous déjà essayé de jeûner ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



28/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres