Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

A propos de l'autoédition

 

Aujourd'hui, celui qui souhaite partager ses écrits a la possibilité de les rendre disponibles sur Internet. Il peut les vendre ou les proposer à la lecture sans percevoir pour cela de rémunération.  Certains choisissent les deux options.

 

Avoir recours à un éditeur n'est plus un passage obligé.

 

L'autoédition ne date pas d'aujourd'hui. De nombreux auteurs y ont eu recours à leurs débuts. Ainsi, on cite souvent l'exemple de Marcel Proust : "Le premier tome, Du côté de chez Swann (1913), est refusé chez Gallimard sur les conseils d'André Gide, malgré les efforts du prince Antoine Bibesco. Gide exprimera ses regrets par la suite. Finalement, le livre est édité à compte d'auteur chez Grasset." http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Proust.

 

Autre exemple, plus proche de nous, celui de Stephen Clarke http://www.stephenclarkewriter.com/FR/who-stephen-clarke.php

 

L'édition à la demande offre depuis quelques années la possibilité de s'autoéditer très facilement. La réalisation de l'ouvrage est assez simple pour peu que l'on sache utiliser un ordinateur et que l'on parvienne à créer un PDF potable. Par respect pour ses futurs lecteurs, on aura eu la politesse de confier au préalable son ouvrage à un correcteur professionnel. Cela ne garantit malheureusement pas l'élimination de toutes les coquilles mais c’est à mon avis une étape nécessaire si l’on veut que les gens fassent l’effort de nous lire. Dans l’édition à la demande, l’aspect financier pointe donc son nez dès cette étape, puis lorsque l’on souhaite vérifier son œuvre finie. On doit alors en acheter un exemplaire. De même si l’on veut vendre en direct ses ouvrages ou en offrir, il faut les acheter au prestataire.

 

L’une des plus grandes difficultés lorsque l’on a opté pour l’autoédition est la promotion. Comment faire connaître son ouvrage en dehors du cercle de ses intimes ou de ses connaissances ? A priori, un éditeur fait ce travail de promotion pour l’auteur. L’autoédité doit lui-même s’y consacrer. Ce qui ne signifie pas que les auteurs édités ne doivent pas se démener pour assurer leur promotion. Bien au contraire, d’autant plus que dans les librairies, les livres disparaissent vite des rayonnages pour faire place aux suivants.

 

Internet peut permettre de demeurer plus longtemps en vue. Créer un blog ou un site peut inciter à entrer en contact avec l’auteur et à découvrir son travail. De nombreux auteurs font vivre leur blog ou leur site en y ajoutant régulièrement des articles. Il est possible de promouvoir son livre d’une façon personnalisée à l’aide de photos, de musiques, de vidéos, de liens avec d’autres sites…

 

Facebook serait aussi un bon moyen de rencontrer des lecteurs potentiels. Jusqu’à présent j’y ai surtout croisé des personnes qui, comme moi cherchent à faire connaître leurs livres via ce réseau social. La présence de twitter en France reste timide et jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé que c’était un outil de promotion très utile.

 

En suivant les liens ci-dessous, on peut trouver des informations sur l'autoédition, des idées de marketing...

 

http://livre-libre.net/index2.php/

"Trouvez ici des livres que vous n'auriez pas trouvés ailleurs et faîtes les connaître."

Sur ce site, vous pouvez parler de vos lectures ou faire la promotion de vos ouvrages autoédités.

 

http://www.ecriturecreative.net/

Un espace au service des auteurs

Conseils, astuces et exercices pour améliorer ses écrits au quotidien

"Un espace de partage et d'échange

« Un don sans technique n’est qu’une sale manie » disait Georges Brassens. L’écriture, comme la musique et la peinture, se travaille et se perfectionne. Ce site présente des trucs, des astuces et des exercices qui vous aideront à améliorer vos écrits au quotidien ; ils sont basés sur les techniques d’écriture créative anglo-saxonnes."

 

http://www.enviedecrire.com/

Premier webmagazine pour les auteurs de littérature.

En exergue, cette phrase d'Ernest Hemingway « Ce qu'il faut, c'est écrire une seule phrase vraie. Ecris la phrase la plus vraie que tu connaisses. »

 

http://www.je-publie-mon-livre.com/blog/2011/06/comment-vendre-son-livre-.html

Tout sur l'écriture et l'édition indépendante.

 

http://comment-publier.com/publier-editer-son-livre

Les clés pour publier et éditer son livre.

 

http://www.loieplate.com/index.php

L'Observatoire Indépendant de l'Édition Pour Les Auteurs Très Exigeants

"L’Oie plate a été crée par les anciens du Calcre (Comité des auteurs en lutte contre le racket de l’édition) et du magazine Ecrire&Editer. Elle est la seule maison d’édition orientée d’abord vers l’information et la défense des auteurs. Elle publie un à deux titres par an. L’Oie plate prend des risques pour défendre des valeurs liées à la transparence et à l’éthique éditoriale. Les éditeurs à compte d’auteur abusif voudraient la voir disparaître.Signalez-la aux écrivains que vous côtoyez !"

 

http://jiminypanoz.com/category/snacks/

Alternative Littérature

 

livre-libre.net

Livres libres, le site de tous les livres

 

En quête d'idées pour attirer du monde sur votre blog d'auteur ?

http://www.boosterblog.com

 

 

 

Suite au petit message laissé sur mon blog ci-dessous, j’ai contacté Nelly Bridenne. Nous avons échangé nos livres. Je suis toujours partante pour avoir un lecteur de plus et découvrir le travail des autres. Je viens de terminer son petit bouquin « Kit de survie dans le milieu (confus) de l’édition ». Petit mais costaud, comme dirait l’autre. Un beau papier, et un prix tout doux : 5 euros.

 

http://www.confessionsdunpolisson.fr/bureau/index.php?option=com_content&view=category&id=21&Itemid=15

 

Le titre est bien choisi, je trouve. L’illustration de la couverture est pleine d’humour et me rappelle l’univers de Franquin. Le contenu est intéressant. On y trouve des témoignages précieux d’auteurs autoédités. L’auteur, elle-même autoéditée, nous met en garde contre les fantasmes, quoique, on peut toujours rêver (c’est gratuit) de vendre des milliers d’exemplaires de sa prose. Mais elle fait avant tout preuve d’optimisme et de pragmatisme. C’est un livre qui donne un bon coup de punch pour ne pas dire un coup de pied au c... Une énergie que l’on retrouve aussi dans ses nouvelles, à découvrir sur son blog. Il faut persévérer, ne pas se décourager et surtout agir si l’on veut faire connaître son livre car à défaut de devenir riche, de manière réaliste, on peut envisager de rentrer dans ses frais et de faire un peu de bénéfice pour financer son prochain opus. Il faut se méfier de certaines maisons d’édition et de l’édition à compte d’auteur qu’elles proposent, comparer les services des imprimeurs. Nelly Bridenne insiste sur la nécessité du marketing lorsque l’on s’autoédite, une sorte de guérilla, elle s’intéresse principalement au marketing direct pour lequel elle a eu de bons retours : dépôt chez les libraires, toujours avoir son livre sur soi, on ne sait jamais qui on va rencontrer...

 

Pour en savoir plus sur l’auteur, je vous invite à découvrir son site :

 

http://www.confessionsdunpolisson.fr/

         
       
    

 Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le commenter et à le partager. Merci de votre visite !

         
         
        

 

 

 Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

  

 

 



14/09/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres