Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

5 façons de passer pour un pro

Voici une tentative de traduction d’un article de Joe KONRATH, à retrouver en version originale dans The Newbie's Guide to Publishing (Everything a Writer Needs to Know), pavé génial, lecture inspirante pour les indépendants de tous pays. Une traduction en français par quelqu’un dont c’est le métier serait la bienvenue ! Avis aux amateurs !

 

 

Mais, me direz-vous, qui est Joe KONRATH ? Et là, hop, hop, sans complexes, je fais un copié collé wikipédien : « J. A. Konrath, né en 1970 à Skokie, Illinois, est un auteur américain de romans policiers et, sous le pseudonyme de Jack Kilborn, de quelques romans fantastiques d’horreur. Il a également signé quelques textes de science-fiction sous le pseudonyme de Joe Kimball. » Mais, ce n’est pas le plus intéressant, quand je vous aurai dit que ce Monsieur est un grand défenseur de l’autoédition et de l’autopromotion, qu’il est persuadé que les auteurs ont un rôle capital à jouer dans le marketing de leurs livres, que lui-même a atteint, voire dépassé le million de ventes et qu’il tient un blog passionnant comportant un nombre impressionnant d’articles consacrés à l’édition indépendante, vous comprendrez pourquoi je me mords les doigts d’avoir un niveau en anglais aussi désastreux.

 

Mais bon, il y a un proverbe qui dit « Ne laissez pas ce que vous n’avez pas vous empêcher d’utiliser ce que vous avez. » Donc, j’ai envie de partager ce que j’ai compris avec vous et je le fais !

 

 

"1.       Ayez votre propre site web. Le business de la publication est devenu de plus en plus dépendant d’Internet. Les éditeurs passent beaucoup de temps en ligne. Une joli page d’accueil, avec une biographie, des échantillons d’écriture, et vos coordonnées, est un moyen peu cher et facile de se faire remarquer.

 

2.       Encaissez les coups. Si un éditeur vous suggère de changer quelque chose, faites-le. Toujours. C’est un business, et cela devrait être traité comme tel. Les pros ne laissent pas leur ego interférer avec leur travail.

 

3.       Soyez sociable. Les éditeurs et les agents ne veulent pas travailler avec quelqu’un de désagréable. Les écrivains qui sont facilement contrariés, déprimés, anxieux, ou exagérément enthousiastes ne font pas long feu dans ce business.

 

4.       Donnez-vous des deadlines. Toujours. Pas d’excuses. Si vous êtes toujours dans les temps, vous serez adoré.e pour cela.

 

5.       Adoptez les attributs du professionnel. Ayez des cartes de visites, du papier à en tête, un fax, une adresse email, et un téléphone professionnel. Je réponds, « J.A. Konrath. » C’est plus efficace que « Allô ? »"

 

 

 

 

Si cet article vous a plu, ne soyez pas égoïste, partagez-le !

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Mes livres

 

 

 

 

        



18/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres